Ode guerrière et gourmande dédiée au sucre et chantée par un enfant accro au glucose mais aussi brillant stratège politique, Voleurs de sucre montre qu'il n'existe pas de petit combat. Le jeune narrateur de ce roman épique se réclame des plus grandes guerres et se proclame ennemi du président Nixon en s'engageant dans une lutte acharnée pour se procurer la divine substance que d'autres tentent de lui enlever. Le clan familial de ce petit Gaspésien lucide au verbe leste et imagé devient le microcosme d'un monde où la liberté individuelle se heurte aux forces de l'ordre social.

Dans ce premier roman d'Eric Dupont se dessine déjà l'orientation de toute une oeuvre consacrée à la cause des opprimés contre les détenteurs du pouvoir, ici incarnée par le combat individuel d'un enfant à la conscience aiguisée, qui trouve des correspondances dans les grands conflits de l'histoire. La fable est orchestrée par l'imaginaire fou et libre de l'enfance, cet âge d'or que le romancier salue avec humour et révérence.

Prix Jovette Bernier 2005, Prix Senghor 2006
Une jeune Gaspésienne quitte son village avec pour mission de faire redémarrer le vent et de sauver sa région. Son voyage sera aussi poétique que politique, car le monde selon Rosa en est un de contes et de révolution sociale, un univers où les oies blanches sont détournées de leur trajectoire et dans lequel une ancienne fille du roi fait des leçons d'histoire du Québec. Entre le motel de passe où elle travaille et le club de lecture de sa chambreuse, Rosa, jeune idéaliste, voit la réalité se transformer en une grande fête carnavalesque.

Farce satirique, La logeuse joue avec les codes du réel, tout en attaquant ses fondements. La faune bigarrée de ce roman fait entrer Montréal dans un imaginaire fécond, où la littérature permet de rire du malheur et de rêver une révolution plus grande que celle qui s'est accomplie dans la tranquillité.

GAGNANT DU COMBAT DES LIVRES 2008, ÉMISSION CHRISTIANE CHARETTE, RADIO-CANADA
« Un bonheur de lecture. », Marie-Claude Fortin, La Presse
« Un bijou. », Didier Fessou, Le Soleil
« Euphorisant et brillant. », Suzanne Guigère, Le Devoir
BESTIAIRE +ERIC DUPONT+ ROMAN+ 310 PAGES+19,95$+ ISBN 9782923896267
LA LOGEUSE +ERIC DUPONT+ ROMAN+310 PAGES+19.95$+ISBN : 9782923896274
VOLEURS DE SUCRE +ERIC DUPONT+ ROMAN+ 176 PAGES+16.95 $
Eric Dupont est né à Amqui (Gaspésie) en 1970. Il est l'auteur de La fiancée américaine (2012, Prix des libraires, Prix des collégiens), Voleurs de sucre (2004, Prix Senghor de la francophonie), La logeuse (2006, lauréat du Combat des livres) et Bestiaire (2007). Il enseigne la traduction à l'Université McGill.






Un gâteau renversé à l'ananas peut-il changer le cours de l'histoire? Louis dit « le Cheval » Lamontagne est né en pleine messe de minuit alors que sa mère était figurante dans la crèche vivante. Son père, le plus bel homme de Rivière-du-Loup était follement amoureux de sa nouvelle femme Madeleine dite « l'Américaine » cuisinière hors pair dont le livre de recettes transformera la vie de toutes les femmes dans la famille sur 4 générations. Leur fils se trouvera mal marié mais les yeux sarcelle de sa mère continueront à se répandre dans la région tout comme en Europe où il est déployé et dans l'État de New York où il gagnera sa vie comme homme fort dans les foires. Dans ce village pentu encore sous l'emprise du curé qui annonce la fin du monde aux enfants pour le 10 novembre les racontars abondent. Eric Dupont nous offre un magnifique roman où les histoires d'un siècle de Madeleine s'entrelacent comme pour former une pelote de laine. L'expression
« histoire d'amour » ne rend pas justice aux méandres de ce récit émaillé de rebondissements.

FINALISTE AU PRIX DES CINQ CONTINENTS 2013
« Un classique! »- Patrice Roy, Téléjournal de Radio-Canada
« La littérature québécoise vient de faire un grand bond. »- Martine Desjardins, L'actualité
LA FIANCÉE AMÉRICAINE+ ROMAN+ 568 PAGES+34,95$+ISBN 9782923896151
« Inconnu il y a quatre ans , Eric Dupont fait aujourd'hui partie de nos écrivains les plus originaux, les plus audacieux.» Marie-Claude Fortin - La Presse
«Deux livres ont suffi à Éric Dupont pour inscrire son travail parmi les jeunes œuvres les plus éloquentes de notre littérature.» Tristan Malavoy-Racine - Voir
«Burlesque et vibrant de nostalgie, Bestiaire est issu de l'imaginaire d'un enfant qui regarde l'histoire du Québec à travers la lorgnette de ses fabulations.» Elsa Pépin -Ici
«On se régale en relisant l'histoire, en épiant le quotidien d'une génération née au moment où le Québec changeait de visage.» Manon Guilbert -Journal de Montréal
«Une plume résolument originale, à la fois drôle et grinçante, inventive, débridée et vivace. » Caroline Montpetit - Le Devoir
PRIX DES COLLÉGIENS
PRIX DES LIBRAIRES
Des enfants partent en guerre contre l'oubli prôné par le père, dont les édits dictent le boycott de la mère et de toute allusion au passé. Entre ses revendications séparatistes et anticléricales et les épouses qu'il collectionne comme les déménagements, le père devient Henri VIII, roi d'Angleterre, aux yeux de ses deux rejetons résistant aux lois imposées par la succession des règnes, de la Grande Épouvante au Grand Dérangement. Pendant que le Québec vit sa libération sonnée par les Jeux olympiques de 1976, les jeunes sujets font leur révolution gaspésienne, gardiens d'une mémoire fragile au pays du souvenir menacé.

Enfant des premiers divorces, victime du choc des nouvelles valeurs d'une Révolution tranquille balbutiante et du vieux monde pollué par les Évangiles, le narrateur de ce roman initiatique cherche l'équilibre dans un Québec vacillant. Entre ses fascinations animales, ses loisirs philatéliques et ses fouilles encyclopédiques, le petit Eric, incrédule, construit un édifice de savoir et de rêve pour contrer l'oppression et le régime de censure qui pèsent sur son enfance.

Allégorique et autobiographique, Bestiaire est un récit épique mettant en scène la famille québécoise, où l'histoire courtise la fable en un joyeux mélange de registres, de la moquerie aux confessions intimes en passant par la satire politique. Avec ce troisième roman, Eric Dupont s'affirme comme maître conteur d'histoires tentaculaires aux accents de réalisme magique et s'ancre en profondeur dans les racines québécoises pour déployer les ailes de son imaginaire.