Alexander MacLeod
22 mars 2017
Aislinn Hunter
20 mars 2017

MEGAN

Gail Coles

 

M egan Gail Coles est originaire de Savage Cove. Diplômée de l’Université Memorial de Terre-Neuve et de l’École nationale de théâtre du Canada, Megan Gail Coles est la cofondatrice et codirectrice artistique de la Poverty Cove Theatre Company. Les habitudes alimentaires des mal-aimés a remporté le prix BMO Winterset et le prix Margaret & John Savage, qui vise à récompenser un premier livre. Tout récemment, Megan a également reçu le prix Five x Five de la Writer’s Trust of Canada.

« Coles possède la voix forte et engageante des écrivains-nés. Dans une ville qui déborde d’écrivains de talent, il peut être difficile de se démarquer, et c’est pourtant ce qu’elle fait brillamment. Son expérience comme dramaturge est sans doute à la source de son style cinématographique. À la fois drôles et sexy, loufoques et sérieuses, ses idées montrent toutes à quel point la vie est absurde et précieuse, précaire et puissante.»
Chad Pelley, The Overcast 

« La lire me fait aimer la vie, mais me donne aussi l’impression d’être une vieille croûte qui devrait changer de branche. Je m’attends à de grandes choses de sa part. Je m’attends à me sentir à la fois reconnaissant, et vert de jalousie.»
Michael Crummey, Programme Five x Five

LES HABITUDES ALIMENTAIRES DES MALS-AIMÉS

Lecture coup de poing, lecture exaltante, Les habitudes alimentaires des mal-aimés explore la signification du manque et de la consommation à travers les appétits de ses personnages : que dit la faim qui nous tenaille sur l’état de nos cœurs sans défense? Ellen, sur un toit, saute à la corde sous le soleil brûlant de la Corée. Elle a solennellement renoncé aux glucides jusqu’à ce qu’elle trouve un pantalon à sa taille. Damon n’en peut plus de se nourrir de chow mein bon marché acheté sur un coin de rue à Montréal. Dans cet univers où des poutines à demi-mangées traînent sur les planchers des salons et où des grains de maïs au beurre maculent les mentons de graisse, les cocktails dilués, le mauvais café, les fourchettes en plastique et les cigarettes abondent. Partout.

Ses mots ont une force propulsive. Ils libèrent d’aveuglantes voix intérieures, impénitentes et à vif, de leur écran protecteur. Les personnages irrévérencieux de Megan Gail Coles écorchent, mais se révèlent aussi étrangement réconfortants dans leurs luttes pour comprendre la nature perméable de leurs pensées. À la fois tordantes et sardoniquement complexes : telles sont les habitudes alimentaires des mal-aimés.


568 pages / Prix: 23.95$ / ISBN 9782923896663

LES HABITUDES ALIMENTAIRES DES MALS-AIMÉS

Lecture coup de poing, lecture exaltante, Les habitudes alimentaires des mal-aimés explore la signification du manque et de la consommation à travers les appétits de ses personnages : que dit la faim qui nous tenaille sur l’état de nos cœurs sans défense? Ellen, sur un toit, saute à la corde sous le soleil brûlant de la Corée. Elle a solennellement renoncé aux glucides jusqu’à ce qu’elle trouve un pantalon à sa taille. Damon n’en peut plus de se nourrir de chow mein bon marché acheté sur un coin de rue à Montréal. Dans cet univers où des poutines à demi-mangées traînent sur les planchers des salons et où des grains de maïs au beurre maculent les mentons de graisse, les cocktails dilués, le mauvais café, les fourchettes en plastique et les cigarettes abondent. Partout.

Ses mots ont une force propulsive. Ils libèrent d’aveuglantes voix intérieures, impénitentes et à vif, de leur écran protecteur. Les personnages irrévérencieux de Megan Gail Coles écorchent, mais se révèlent aussi étrangement réconfortants dans leurs luttes pour comprendre la nature perméable de leurs pensées. À la fois tordantes et sardoniquement complexes : telles sont les habitudes alimentaires des mal-aimés.


568 pages / Prix: 23.95$ / ISBN 9782923896663