Paul Anderson
18 septembre 2021
parallax background

MINA

Benson Hubbard

 

M ina Benson Hubbard est une exploratrice canadienne née en 1870 sur un verger de pommes de Bewdley, en Ontario. Elle est l’une des dernières spectatrices de la migration des derniers grands troupeaux de caribous de la toundra au Labrador. En 1913, Mina B. Hubbard déménage à Londres, en Angleterre, avec son second mari où elle s’implique dans les luttes des suffragettes.

parallax background

UNE TERRE DE DEUIL

À l’automne de 1903, suite à une série de malchances, le journaliste Leonidas Hubbard Jr. trépasse sous les effets pernicieux de la famine lors d’une exploration de la rivière Naskaupi, au Labrador. Leonidas rêvait de visiter des lieux intouchés par les yeux de l’homme blanc, de voir ses aventures remplir sa bibliothèque et d’avoir de merveilleux souvenirs à raconter à son épouse, Mina Benson Hubbard. Mais le seul récit qu’il a pu léguer à Mina fut celui du journal l’ayant accompagné dans chaque pas de plus qu’il prenait vers la faim, l’ayant vu se délecter en mâchouillant ses mocassins, reprendre espoir à chaque bouchée, puis s’écrouler, la peau sur les os, vers un profond sommeil. Après sa mort, de mauvaises langues ont commencé à raconter qu’il était mal préparé pour cette expédition, qu’il n’avait pas l’expérience requise pour partir à la conquête du Labrador. Afin de faire taire ces détracteurs, Mina Benson Hubbard décide, en 1905, sans la moindre expérience, de compléter l’œuvre inachevée par son époux et d’entreprendre à son tour l’exploration des rivières Naskaupi et George, un périple à travers des terres arides, à remonter des rapides en canot, à se battre contre des mouches voraces, alourdie par l’angoisse de ne pas arriver à temps pour le bateau du retour dans la baie d’Ungava, écrasée par le poids du deuil jetant sur la splendeur sauvage un voile de désolation. Une aventure incroyable, pleine de courage et de détermination, ayant servi de phare et d’inspiration aux grandes luttes des femmes du début du XXe siècle.


376 pages / Prix: 33.95$ / ISBN 9782925059172

UNE TERRE DE DEUIL

À l’automne de 1903, suite à une série de malchances, le journaliste Leonidas Hubbard Jr. trépasse sous les effets pernicieux de la famine lors d’une exploration de la rivière Naskaupi, au Labrador. Leonidas rêvait de visiter des lieux intouchés par les yeux de l’homme blanc, de voir ses aventures remplir sa bibliothèque et d’avoir de merveilleux souvenirs à raconter à son épouse, Mina Benson Hubbard. Mais le seul récit qu’il a pu léguer à Mina fut celui du journal l’ayant accompagné dans chaque pas de plus qu’il prenait vers la faim, l’ayant vu se délecter en mâchouillant ses mocassins, reprendre espoir à chaque bouchée, puis s’écrouler, la peau sur les os, vers un profond sommeil. Après sa mort, de mauvaises langues ont commencé à raconter qu’il était mal préparé pour cette expédition, qu’il n’avait pas l’expérience requise pour partir à la conquête du Labrador. Afin de faire taire ces détracteurs, Mina Benson Hubbard décide, en 1905, sans la moindre expérience, de compléter l’œuvre inachevée par son époux et d’entreprendre à son tour l’exploration des rivières Naskaupi et George, un périple à travers des terres arides, à remonter des rapides en canot, à se battre contre des mouches voraces, alourdie par l’angoisse de ne pas arriver à temps pour le bateau du retour dans la baie d’Ungava, écrasée par le poids du deuil jetant sur la splendeur sauvage un voile de désolation. Une aventure incroyable, pleine de courage et de détermination, ayant servi de phare et d’inspiration aux grandes luttes des femmes du début du XXe siècle.


376 pages / Prix: 33.95$ / ISBN 9782925059172